La Préhistoire en Corse

vivadmin Par vivadmin

La trace la plus ancienne de présence humaine en Corse remonte aux environs de 6 570 av. J.C.

C’est le squelette de « la dame de Bunifaziu », découvert sur le site d’Araguina près de Bonifacio en 1975, qui témoigne de cette première présence. Vraisemblablement arrivés par la Toscane, les premiers habitants de l’île se nourrissent des produits de la chasse et de la cueillette.

La civilisation qui apparaît au début du 6ème millénaire avant J.C. est appelée Néolithique ancien ou « cardial ». A cette époque, vit en Corse une population constituée essentiellement d’éleveurs transhumants de petit bétail. L’agriculture se développe progressivement et remplace les activités de chasse et de cueillette. Les habitants vivent principalement dans les vallées, sur des collines basses, dans des rochers creusés par la nature. C’est l’apparition de la fabrication de la poterie décorée à l’aide de coquillages de cardium (coquillage local) d’où le nom de Néolithique “cardial”.
Le Néolithique moyen et récent se situe entre le 4ème millénaire jusqu’au milieu du 3ème millénaire avant notre ère. C’est l’apparition de la poterie décorée au poinçon et à incisions. Les hommes vivent alors principalement de pêche et d’élevage (l’agriculture est encore peu développée). On voit apparaître les habitations habillées de pierres. Les outils sont aussi plus riches en apport technique. On constate une ouverture au continent, en témoigne l’utilisation de roches importées telles que le silex et surtout l’obsidienne, cette roche noire importée du centre de la Sardaigne (région d’Oristano).

L’ouverture vers le monde extérieur, associé à l’exploitation des ressources locales, expliquent l’ancienneté de la métallurgie du cuivre datée d’environ 2600 avant J.C et dont les traces ont été retrouvées sur le site de Terrina, près d’Aléria.
La Civilisation Mégalithique ou le Néolithique finale s’étend du 3ème au 1er millénaire. A cette période, l’île se couvre de monuments complexes : fortifications, dolmens et menhirs.

  • I castelli : ensembles construits plus ou moins fortifiés, et qui regroupent des cabanes autour d’édifices circulaires ou rectangulaires aux fonctions variées.
  • I stazzoni ou dolmens : monuments funéraires collectifs toujours très présents dans la Corse méridionale. Cette représentation monumentale de la mort s’affiche sur les crêtes et les plateaux.
  • I stantari ou statues-menhirs : c’est une statue représentant une forme humaine taillée dans le granit, le plus souvent armée d’épée et de poignard. Ces statues-menhirs peuvent atteindre entre 2 et 4 mètres de hauteur. On en compte environ 80 à travers la Corse, le site le plus important étant celui de Filitosa.

 

Commentaires

commentaires