La diversité géographique

vivadmin Par vivadmin

La Corse se compose de trois grandes régions géographiques : la partie occidentale, la partie orientale et le centre.

La Corse Occidentale

C’est la plus grande région de Corse, allant de l’île Rousse à Solenzara, et incluant le centre, la Balagne et le Sud. En majorité granitique, elle constitue la Corse Cristalline. Elle abrite les plus hauts sommets de l’île dont beaucoup dépassent les 2 000 mètres : Monte Cintu, 2 710 m ; Monte Rotondu, 2 622 m ; Monte d’Oru, 2 389 m ; Monte Renosu, 2 352 m ; Monte Incudine, 2 136 m.

Cette épine dorsale correspond à la dénomination historique de l’Au-delà-des-Monts (en Corse, “Pumonti”).

La Corse Orientale

Essentiellement composée de schistes, elle est moins accidentée que la Corse Occidentale. Son point culminant est le mont San Petrone en Castagniccia avec 1 767 m. Elle correspond à la dénomination ancienne de l’En-deçà-des-Monts (en Corse, “Cismonte”) et est composée de trois secteurs :

  • Le Cap Corse : c’est une étroite péninsule d’une quarantaine de kilomètres qui pointe au Nord vers le golfe de Gênes. Les communications y sont faciles grâce à la route du littoral et aux deux routes qui relient la côte Est à la côte Ouest. La mer est la principale ressource de cette région. Les pentes, jadis transformées en terrasses par l’homme, sont aujourd’hui abandonnées au maquis. On trouve malgré tout encore des vergers autour des villages et la viticulture continue.
  • La Castagniccia : délimitée au Nord par le Golo et au Sud par le Tavignano, elle présente de nombreux monts entaillés par les torrents en plusieurs vallées. Sa richesse depuis le 16ème siècle est le châtaignier. C’est un secteur composé d’une multitude de petits villages aujourd’hui désertés.
  • La Plaine orientale : elle présente un terrain sédimentaire enrichi par les alluvions des torrents et des fleuves descendus des hauteurs de la Castagniccia. La plaine Orientale offre un paysage de collines, de plaines littorales et de plateaux. Au Nord, on distingue la plaine de Bastia dominée par la Casinca, et au Sud la plaine d’Aléria. Ce secteur est très favorable à l’agriculture depuis son assainissement en 1944 par les Américains – assainissement qui a permis d’éradiquer la Malaria de l’île. Elle accueille aujourd’hui des exploitations agricoles intensives (agrumes et vigne), mais aussi une exploitation du tourisme balnéaire connaissant depuis les années 80 une forte progression.

Le Sillon Central

Entre la Corse schisteuse et la Corse granitique se trouve une dépression qui part de l’embouchure du Reginu au Nord-ouest et se termine à la Solenzara au Sud-est. Son altitude ne dépasse jamais les 600 m. Elle lie profondément les deux Corses montagneuses, servant de point de rencontre, et de voie de communication privilégiée. Sur le parcours du Fium’orbu par exemple, le contact entre la Corse granitique et la Corse schisteuse se fait au niveau du Sampolo, à la limite des défilés de Strette et de l’Inzecca. Il faut enfin mentionner deux enclaves calcaires de petites dimensions : celle de Saint Florent, au Nord-ouest, et surtout celle de Bonifacio, au Sud, qui tombe face à la Sardaigne en de somptueuses falaises

 

Commentaires

commentaires