Le Cap Corse par la route des corniches

vivadmin Par vivadmin

Comme un doigt tendu vers le continent, le Cap Corse se visite selon son humeur, en voiture, en vélo, à cheval, en bateau ou à pieds… Et c’est là tout son charme !

On ne reste jamais insensible à l’atmosphère particulière que dégage le Cap Corse, avec ses roches bleu profond, ses tours génoises et ses villages accrochés en balcon, ses marines mystérieuses, ses étendues désertiques. Une merveille de la nature qui se doit d’être parcouru du levant au couchant…

La côte du levant

La D80 vous attend dès la sortie des quais du port Toga pour vous conduire à Erbalunga et son emblématique tour génoise. Arrêt photo impératif à l’entrée du village pour flâner sur le charmant petit port de pêche et profiter de la terrasse d’un café pour déguster un vin de muscat du Cap Corse. Sous vos yeux, la mer Tyrrhénienne, les îles d’Elbe, Capraïa et Monte-Cristo vous mettent déjà en appétit pour le reste du circuit. En continuant vers le Nord, vous découvrirez la marine de Sisco mais également une vallée en cul-de-sac verdoyante et fleurie qui mérite l’escapade. Plus de dix-sept hameaux sont éparpillés ça et là, à parcourir en flânant.
Vous découvrirez de surprenantes demeures, surnommées les maisons des Américains. Nombre de Capcorsins émigrèrent aux Amériques et certains y firent fortune. Ceux d’entre eux qui revinrent au pays firent construire dans leur village natal ces superbes habitations aux toits à quatre pentes, entourées de jardins en terrasses plantés de palmiers et d’arbres exotiques.

On revient vers la côte, pour arriver à Pietracorbara et sa marine. L’une des rares plages de sable du secteur vous attend pour votre première baignade. La D232 remonte dans le maquis pour rejoindre Cagnano et sa charmante marine Porticciolo. Chapelle baroque, moulin à grain, tour et pont génois n’attendent que votre venue, et la vallée permet de plus la pratique de belles randonnées équestres et pédestres.
À Santa-Severa, deux solutions : prendre la D180 vers Luri et passer à l’Ouest du Cap pour rejoindre Pino, ou continuer la remontée au Nord. La seconde solution est conseillée pour ne pas manquer le site de Maccinaggio, son port de plaisance et surtout la porte d’entrée de la réserve naturelle des îles Finocciarola et le point de départ du sentier du douanier. Ce sentier, qui longe la côte extrême Nord du Cap Corse, propose un itinéraire (8 heures de marche) permettant d’admirer faune protégée, flore, monuments et paysages incomparables. La route qui conduit à Rogliano vous offrira des panoramas grandioses enrichis de maisons de maîtres, restes de tours, couvents, chapelles et belles églises.

Au Col de la Serra, arrêttez-vous au pied du moulin Mattei d’où l’on pourra apercevoir les îles de la Giraglia, le phare d’Ersa, les villages de Barcaggio et Tollare. Le maquis prend ici des allures de lande bretonne ou irlandaise, et le qualificatif de montagne dans la mer prend tout son sens. Les flancs plongent dans la grande bleue, sous le regard des villages surplombant le site.

La côte du couchant

Changement de paysages pour l’arrivée à Centuri face à l’îlot de Cappenza où les côtes deviennent plus déchiquetées et les abrupts plus prononcés. La visite du minuscule port de pêche de Centuri s’impose par le charme des lieux, ses escaliers de pierre et ses maisons aux toitures typiques de serpetine, un silicate de magnésium aux jolis reflets verts. C’est le paradis de la langouste corse qui est, dit-on, la meilleure du monde. Alors n’hésitez pas, faites ici la pause déjeuner.

Le village voisin de Morsiglia surprend par ses nombreuses tours quasi-intactes qui en font l’identité originale. Garez votre voiture et grimpez dans les ruelles à la découverte de ces tours fortifiées et autres palais d’Américains. En reprenant la route qui serpente au-dessus de la mer, on arrive à Pino et son château des Piccioni, en surplomb au-dessus des flots bouillonnants. La descente vers la jolie petite marine de Scalu est conseillée pour admirer ses trois tours carrées.

On quittera la D80 pour emprunter la D33 et découvrir les panoramas sur la mer Amalfitaine, depuis les nombreux hameaux de Canari. À la marine d’Albo, vous apprécierez la belle tour génoise Del Greco, entièrement construite en schiste. Prenez le temps de monter au village d’Ogliasto par la D233, pour vous rafraîchir dans les piscines naturelles de la rivière Guado Grande et visiter le moulin à huile entièrement restauré.
Dernier morceau de choix, sur cette Route des corniches, Nonza et sa tour Paoline. Du sommet de l’édifice construit en porphyre vert, on jouit d’une des plus belles vues du Cap. On aperçoit l’étrange plage de Nonza, constitué de galets et sable vert foncé sur laquelle les amoureux écrivent leurs mots doux. Le retour à Bastia se fera par un passage à Patrimonio et son vignoble mondialement réputé, et le col de Teghime. Vous pourrez y contempler l’ensemble du Cap Corse, toute l’agglomération bastiaise et le lido de la Marana pour un dernier cliché souvenir.

 

Commentaires

commentaires