Les Sanguinaires et son merveilleux coucher de soleil

Claire VIDON Par Claire VIDON
Ajaccio
20 Avr 2015

Un passage obligé lorsque l’on se trouve près d’Ajaccio : s’asseoir au pied de la gigantesque tour de la Parata, dont ses 15 m de hauteur se dressant derrière vous, nous laisse à penser qu’elle aussi admire le coucher de soleil sur les îles Sanguinaires. Une soirée où toute notre attention se porte sur un paysage que seule la nature sait sublimer.
D’ailleurs, les chiffres approuvent cette vérité : le site accueille plus de 300000 visiteurs chaque année.

AJACCIO (2)

C’est ici un patrimoine naturel que vous admirez. Depuis la pointe de la Parata dans un alignement quasi parfait, se trouve un archipel de 4 îlots rocheux d’origine magmatique.
Les îles Sanguinaires abritent une faune et une flore exceptionnelles ; le goeland Leucophée et celui d’Audouin, la mouette rieuse ainsi que plus de 150 espèces de plantes diverses et variées dont certaines sont même absentes du reste de l’île.
L’archipel accueillit en 1863 un invité de marque : Alphonse Daudet. Son séjour sur la plus grande des îles lui inspira son récit « le phare des Sanguinaires » que l’on retrouve dans son prestigieux recueil « Les lettres de mon moulin » dont voici un extrait :

« Cela m’a rappelé tout à fait mes belles insomnies d’il y a trois ans, quand j’habitais le phare des sanguinaires, là-bas, sur la côte corse, à l’entrée du golfe d’Ajaccio.
Encore un joli coin que j’avais trouvé là pour rêver et pour être seul.
Figurez-vous une île rougeâtre et d’aspect farouche ; le phare à une pointe, à l’autre une vieille tour génoise où, de mon temps, logeait un aigle. En bas, au bord de l’eau, un lazaret en ruine, envahi de partout par les herbes ; puis des ravins, des maquis, de grandes roches, quelques chèvres sauvages, de petits chevaux corses gambadant la crinière au vent ; enfin là-haut, tout en haut, dans un tourbillon d’oiseaux de mer, la maison du phare, avec sa plate-forme en maçonnerie blanche, où les gardiens se promènent de long en large, la porte verte en ogive, la petite tour de fonte, et au-dessus la grosse lanterne à facettes qui flambe au soleil et fait de la lumière même pendant le jour… Voilà l’île des Sanguinaires, comme je l’ai revue cette nuit, en entendant ronfler mes pins. C’était dans cette île enchantée qu’avant d’avoir un moulin j’allais m’enfermer quelquefois, lorsque j’avais besoin de grand air et de solitude »AJACCIO - Les sanguinaires (7)

ou encore « Moi, pendant ce temps, j’allais m’asseoir dehors sur la terrasse. Le soleil, déjà très bas, descendait vers l’eau de plus en plus vite, entraînant tout l’horizon après lui. Le vent fraîchissait, l’île devenait violette. Dans le ciel, près de moi, un gros oiseau passait lourdement : c’était l’aigle de la tour génoise qui rentrait… Peu à peu la brume de mer montait. Bientôt on ne voyait plus que l’ourlet blanc de l’écume autour de l’île… »

AJACCIO - Les sanguinaires(3)

C’est grâce à ce récit notamment, qu’il faut imaginer face à vous une île occupée par les hommes et les bêtes, un phare habité qui deviendra automatisé en 1985. A l’opposé du phare, une tour carré construite en 1590, Castelluciu. Il faut aussi imaginer au pied de l’île, près du ponton, un pentagone de 60 à 80 mètres de côté, le lazaret de Mezu Mare qui servait à mettre en quarantaine les équipages des corailleurs Corses revenant de pêche en Afrique du Nord, qui, pouvant être porteurs de maladies contagieuses, ne devaient pas être en contact avec le reste de la population. La légende raconte que la présence de ces corailleurs serait à l’origine du nom des îles “Sanguinaires” faisant référence au corail de couleur rouge sang qu’ils ramenaient de leurs pêches. Une hypothèse parmi d’autres !
Les Sanguinaires ne portent pas seulement en elles une beauté à part entière, mais aussi une histoire.

Cependant, j’en oublierai presque de vous parler de son coucher de soleil. C’est l’endroit rêvé pour voir le soleil plonger dans la mer, en éclairant les bateaux et voiliers d’une douce lueur orange, parfois, rouge ou rose, donnant une douceur particulière aux fins de journées même les plus animées.
L’un des plus beaux couchers de soleil de l’île se trouve définitivement ici.

DSC01372

La presqu’île de la Parata, c’est aussi l’endroit idéal prêt à répondre à toutes les demandes : pour ceux qui aiment la grimpette un site naturel d’escalade nommé « A reta » propose 9 voies d’escalade allant du niveau 4+ au 7A sur de la roche en granit.

Pour les amoureux du VTT, le sentier des douaniers est fait pour vous ( longueur de 8000m pour un dénivelé positif/négatif de 340m).

Et enfin pour les inconditionnels de la marche, la promenade de la Vallitella devrait vous ravir : longueur de 9000m dénivelé positif/négatif de 445m, il faudra compter environ 3H pour l’aller-retour.
AJACCIO - Les sanguinaires

email
The following two tabs change content below.
Claire VIDON

Claire VIDON

Claire VIDON

Derniers articles parClaire VIDON (voir tous)

Commentaires

commentaires